Fernando Farinha, Le gamin de la Bica

Fichier hébergé par Archive-Host.com

Fichier hébergé par Archive-Host.com

A Bica est un quartier de Lisbonne à deux pas du célèbre Bairro Alto.

 

Selon Júlio Castilho, ce quartier aurai vu le jour lorsqu’une nuit de 1597, une partie de Lisbonne a été détruite et que plus d’une centaine de maisons ont fini leur course dans les eaux du Tage.

Le quartier est surtout connu pour avoir été un quartier habité par les gens du peuple pour qui la dureté de la vie était adoucie par la fraternité et la solidarité entre ses habitants. Ainsi, des artisans, vendeurs de poisson à la criée, côtoyaient quotidiennement des chanteurs de fado comme Argentina Santos, Manuel de Almeida, Lucilia do Carmo ou encore Carlos do Carmo qui étaient la fierté de cette sorte de village, dont ils étaient issus.

Parmi eux, il y avait aussi Fernando Farinha. Qui est resté à jamais connu sous le nom de « gamin de la Bica ». Ses parents étaient venus de la province chercher fortune dans la grande ville. Son père, coiffeur, s’est installé dans ce quartier de Lisbonne qui l’a aussitôt adopté.

Fichier hébergé par Archive-Host.com

Le gamin avait à peine sept ans et il faisait déjà la fierté et le bonheur des dimanches du quartier lorsqu’il participait à des concours de chant.
A 11 ans, après le décès de son père, « le gamin » devient l’homme de la maison et commence à gagner sa vie, en chantant chaque soir dans un café de Lisbonne. Puis ce sera le théâtre et les maisons de Fado les plus respectées, comme O Retiro da Severa ou encore Solar da Alegria.

Quelque dix ans plus tard, ce sera le Brésil où il se produira pendant quatre mois, puis, après le cinéma et quelques prix prestigieux, comme celui de la Voix la plus portugaise du Portugal, il part à la conquête de l’Europe, ce qui l’amènera en Belgique, en France, en Allemagne et au Royaume-Uni en plein cœur des années yé-yé.

Fernando Farinha est décédé il y a presque un quart de siècle, en février 1988.

Dans un fado qui parle du sentiment d’un soldat portugais sur le champ de bataille, dans une chanson autobiographique, je vous propose de découvrir cette voix, qui est sans doute une des plus pures et génuines du fado dit de Lisbonne, et qui, comme aucune autre, me ramène à mes plus vifs souvenirs d’enfance.

 

Fichier hébergé par Archive-Host.com

 

 

5 Responses to “Fernando Farinha, Le gamin de la Bica”

  1. les cafards dit :

    très belle visite, merci

  2. Lali dit :

    Une jolie découverte.
    Tu en as d’autres comme ça dans tes tiroirs?

  3. brazex dit :

    Toute ma petite jeunesse, la voix de la radio!!!

  4. JC dit :

    Belle balade Merci et bisous à Dora

  5. Je découvre cet artiste. Quelle voix. Et que le fado est beau à entendre… source de tant de nostalgies.