Un enfant

Un enfant
[Jacques Brel]

Un enfant
Ça vous décroche un rêve
Ça le porte à ses lèvres
Et ça part en chantant

Un enfant
Avec un peu de chance
Ça entend le silence
Et ça pleure des diamants

Et ça rit à n’en savoir que faire
Et ça pleure en nous voyant pleurer
Ça s’endort de l’or sous les paupières
Et ça dort pour mieux nous faire rêver
Un enfant
Ça écoute le merle
Qui dépose ses perles
Sur la portée du vent

Un enfant
C’est le dernier poète
D’un monde qui s’entête
A vouloir devenir grand

Et ça demande si les nuages ont des ailes
Et ça s’inquiète d’une neige tombée
Et ça croit que nous sommes fidèles
Et ça se doute qu’il n’y a plus de fées
Mais un enfant
Et nous fuyons l’enfance
Un enfant
Et nous voilà passants
Un enfant
Et nous voilà patience
Un enfant
Et nous voilà passé.

À propos de dubleudansmesnuages

Je laisserai vagabonder mon esprit nomade, sur le fil d'or de mes silences, pour vous parler des ces choses qui me maintiennent en équilibre. Je vous parlerai aussi des musiques que j'aime. Elles se promènent du Fado d'Amália, de Dulce Pontes, de Cristina Branco, de Mariza, jusqu'aux voix frissonantes de Diana Krall, de Stacey Kent, de Chiara Civello, de Karrin Allyson, de Stina Nordenstam, de Robin McKelle, de Sophie Milman, d'Emilie-Claire Barlow, et d'encore plein d'autres … Aznavour, Brel, Duteil, Art Mengo, Berliner, Cabrel, Balavoine, Julien Clerc, Fugain, Le Forestier, Goldman, Lama, Rapsat, Vassiliu, Daniel Seff, Peyrac et tous ceux que m’on fait aimer la chanson française. Je me perdrai certains soirs dans le paradis de la musique brésilienne : Eliane Elias, Astrud Gilbert, Gal Costa, Elis Regina, Bia, Bebel Gilberto, Maria Creuza, Nara Leão, Jobim, Vinicius, Buarque, Toquinho, Djavan … Il y aura des moments où je vous parlerai d'une des chansons de ceux que j'affectionne. Donovan, Leonard Cohen, The Doors, Tracy Chapman, The Scorpions, Dylan, Lennon ou McCartney (avec ou sans les Beatles), ou de voix d'or comme Sarah Brightman, Ana Torroja, ou Teresa Salgueiro. Puis, parfois, je me promènerai sans but précis entre Piazzolla et Lluis Llach, de Mayte Martin à Gigliolla Cinquetti ou Paolo Conte, de Chavella Vargas à Souad Massi en passant par Gabriel Yacoub. Parce que la musique n’a aucune frontière. La musique ne connait que des sensibilités. Des sonorités. Des larmes ou des sourires. Je vous déposerai ici l'une ou l'autre de mes photos. Les moins ratées. Je vous laisserai un peu de poésie. Des poètes portugais. Que j'aime. Infiniment. Et puis tous les autres dont les textes me touchent. Je ne vous parlerai que des gens que j’aime. Et puis un peu de moi. Si peu. Et puis, si j'ai le temps. Seulement si j'ai le temps, je vous parlerai d'autres choses. Plus intimes.
Ce contenu a été publié dans ... DANS MA TÊTE. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

5 réponses à Un enfant

  1. reine dit :

    Armando, il manque les deux derniers vers… pas les plus drôles mais les plus importants : la chute !!!
    « Un enfant
    Et nous voilà passés »

  2. reine dit :

    Ah ! Cette voix ! J’ai beau essayé de me convaincre qu’il y en a d’autres… Il suffit d’entendre et de voir ses chansons chantées par d’autres pour se dire que… quand même, chez lui, ça sort des tripes avant de passer par la tête ! Tout au moins, c’est l’impression que l’on a et c’est sans doute pour cette raison que c’est lui le meilleur ! J’exagère ? Je ne suis pas objective ? Non, je ne le suis pas du tout quand j’entends le Grand Jacques ! Je crois même que je deviens complètement bornée !!

  3. saab dit :

    superbe et émouvante chanson

  4. lilas dit :

    Je ne connaissais pas..mais comment ne pas aimer..!
    Magnifique.
    Merci pour cette découverte.

  5. denise dit :

    Superbe chanson de Jacques Brel « un enfant » qui me fera toujours aimer l’innocence d’un enfant.

    Bonne journée.

Les commentaires sont fermés.