Ma semaine en chansons, 20 décembre 2008

verre-musique-2861.jpg

C’est drôle, il suffit que je dise « j’ai envie de me gratter l’orteil » ou encore « j’étais distrait et j’ai marché sur la m… » et il y aura toujours quelqu’un qui trouvera que je parle de lui. En le dénigrant. Cela va de soi. Voyons…

J’avoue que je trouve cela fascinant. La nature humaine est débordante d’imagination.

Je les devine, phobiques, en se précipitant sur l’ordinateur, en se disant qu’ils n’ont rien relevé de douteux dans mes promenades à Lisbonne.  Et pourtant j’ai écrit ‘Au carnaval de 1867, le Salon de la Trinidad ouvre une salle de bal, concert et conférence…‘. 1867 (tiens), ça ne vous semble pas douteux?  À quelques chiffres près, la catastrophe… mais, Noël approche. Restons neutral.

Et puisqu’ils viennent me lire (même si pour de mauvaises raisons) chaque jour, je voudrais leur remercier de l’intérêt que ma petite personne semble avoir dans leurs riches existences et je voudrais leur manifester toute ma reconnaissance en leurs souhaitant de bonnes et heureuses fêtes de Noël.

Soyons généreux… Cette semaine en chansons leur est dédiée.

coralie-clement-2008-toystore.jpg

Coralie Clément, 2008 – Toystore

J’ai entendu dire que l’album doit son nom à l’utilisation de sonorités de jouets et d’instruments drôles.

Que vous dire de plus ?… Il y a un duo avec Daho, qui, même si le timbre de leurs voix semble s’accorder sans heurts, est du déjà entendu, et faut avouer, en mieux. Le moins beau de Serge est mieux. Par contre le duo, en italien, avec l’actrice Chiara Mastroianni, me semble plus réussi et plus plaisant.

Et même si on n’aime pas trop le personnage, je relève une fois encore les talents de musicien de Benjamin Biolay qui évite ce qui semble album sombre, comme un bateau vide, dans l’océan vocal ennuyeux et plat de Coralie.

Un album d’une seule écoute. Sauf si vous êtes un fou de Coralie Clément. Ça peut exister. Pourquoi pas. _-ar-music.jpg

jane-birkin.jpg

Jane Birkin, 2008 – Enfants d’hiver

Nostalgique, fine et tendre, Jane Birkin se raconte en douze chansons, dont elle a écrit les textes.

Puis-je parler objectivement d’une artiste si touchante et singulière, de sa voix qui sonne comme un souffle de vent mélancolique et fragile, sans chercher à vous séduire, mais à exprimer quelques souvenirs doux remplis de pudeur et d’émotions, comme une promenade sensible d’une enfance à l’adolescence.

Cet album autobiographique (presque) entièrement en langue française où on trouve la signature d’Alain Souchon, parmi d’autres prestigieux musiciens et un titre en anglais, est dédié au prix Nobel de la paix Aung San Suu Kyo, résistante birmane.

Je me répète, mais puis-je vous parler avec objectivité de cet album?… Et si vous l’écoutiez?… Peut-être, pour une fois, ce sera vous qui m’en parlerez… _-ar-music.jpg

audrey-gagnon-2008-ad-vitam.jpg

Audrey Gagnon, 2008 – Ad Vitam

Pour ceux qui ne la connaissent pas, la jolie Audrey est une star académicienne du pays des cousins, avec un brin de voix sympathique, semblable à tant d’autres et obéissant au ‘format Star Ac’. Elle avait un rêve. Enregister un disque. Voilà que c’est fait.

Pour le reste, il s’agit d’un album duquel si je dis du bien, on dira que… et puis, si je dis du mal, on dira également que… , alors, comme j’ai envie d’en parler et comme d’habitude, je vais dire ce que je pense et puis on dira bien ce qu’on veut.

L’album est servi par des compositions de Sylvain Michel, sur lesquelles quelques paroliers plus ou moins talentueux ont couché leur mots (ou l’inverse).  On trouve la signature d’une des plus talentueuses plumes de la chanson française (elle se reconnaitra, puisqu’elle m’a écrit un message il n’y a pas si longtemps), depuis trois ou quatre générations. Au moins. [Et penser qu’elle ne me dira même pas merci.]

J’ai attendu jusqu’à la fin de l’album quelque chose qui me fasse regretter de ne pas m’être attardé sur cette usine à rêves pour de futurs chômeurs.  J’ai nommé la Star Académie. Et ce ne sera pas encore pour cette fois.

Et pourtant, j’avais une certaine expectative quant au duo avec Jean-François Dubé, le chanteur de Noir Silence… [tiens, Silence … est-ce prémonitoire?…].

Il m’étonnerait que l’album reste gravé dans l’histoire de la musique… mais c’est Noël, tout de même.  _-ar-music.jpg

aliki-kayaloglou.jpg

Aliki Kayaloglou, 2007 – Sings Fados & Reads Fernando Pessoa’s Ode Maritima

Serons-nous éternellement figés dans une musicalité qui nous rassure et que nous pouvons inscrire dans tout ce que nous sommes capables d’apprivoiser, ou qui se trouve tout simplement dans la continuité logique de notre base de connaissance, je ne sais pas. Toujours est-il qu’il m’arrive de vouloir plonger dans des mondes inconnus pour lesquels je n’ai aucune connaissance ni aucune référence.

Et c’est ainsi que je me retrouve un bel après-midi, je me trouve nez à nez avec une pochette dont seuls deux noms me sont familiers. «Fado» et «Fernando Pessoa».

Bon sang de bon sang, quel dommage que je ne connaisse pas le grec, et donc par la force des choses je ne comprends pas les mots de l’artiste qui précèdent chacune de ses interprétations, dans la voix de Camões, avec un somptueux accent.

Inutile de vous dire que quelquefois je tombe encore dans le piège de l’émotion de mes racines. Même avec un accent d’ailleurs. Et si le monde n’était qu’un seul?… Il vous arrive d’y penser? _-ar-music.jpg [Alfonsina y el mar] [Milonga del novicientos]

katie-ryan-2008-free.jpg

Katie Ryan, 2008 – Free

Eh oui. Désolé Saab. Mais ceux qui disent me connaitre savent bien que je suis malade, imprévisible, fou, et tant d’autres mots dont ils même ne savent pas la signification. Alors pas étonnant que j’élargisse mon chant d’écoute à tout ce qui me semble ‘hors d’atteinte’ pour des adultes raisonnables et bien dans leur tête.

Un petit bout de fille, qui m’a rappelé la blondeur d’un rire joyeux, m’a convaincu que Katy Ryan était la meilleure chanteuse du monde. Et je vous jure que quand un sourire pétillant et blond vous dit d’un air désinvolte et convaincant que c’est la meilleure du monde, ce serait un sacrilège d’en douter.Alors, je me suis promis de l’écouter et, même, d’en parler dans mon blog. Et comme je ne mens jamais et encore moins aux enfants, me voilà les écouteuses accrochées à ce rythme féerique, disco et pailleteux, à écouter la meilleure chanteuse du monde crier à (son) goûtt du jour quelques vieux souvenirs comme ‘Voyage, voyage‘, Desireless [KR], ‘Ella elle l’a‘ de France Gall [KR], ‘Toute première fois‘, Jeanne Mas [KR].

Sacrée Camille! (Oh zut… je ne me rappelle plus si je pouvais dire ton nom!) Elle est vraiment la meilleure chanteuse du monde. T’avais bien raison. Et puis, après tout, ne faut-il pas garder son âme d’enfant ?…  _-ar-music.jpg

5 Responses to “Ma semaine en chansons, 20 décembre 2008”

  1. Denise dit :

    Tu as raison Armando ! J’ai adoré Kate Ryan ,

    Un grand merci pour tout.

  2. JC dit :

    Et bien je commence à avoir du mal à croire aux miracles mais ce que j’en dis…

  3. Mais… il n’y a pas de lien puisque je n’ai pas trouvé mais j’ai laissé le micro pour ‘garder’ la cohérence avec les autres billets.
    Je pense que pour quelqu’un qui est censé tout savoir, tout voir, il y a de quoi se poser des questions.
    Es-tu sur d’être le vrai JC?… LOL

  4. JC dit :

    Le lien d’Aliki ne marche pas
    Cela m’aurait peut-être consolé lol
    Et à pat ça tu vas bien toi ?
    Bonne journée

  5. saab dit :

    Sacré Armando Kate Ryan et oui la meilleure chanteuse du monde, si c’est une enfant qui le dit et bien… je ne peux que m’incliner ! Je me laisserai bien tenter par Jane Birkin, c’est la première fois qu’elle écrit ses textes, cela devient vraiment intéressant !