Le jour où Dieu a trouvé

Fichier hébergé par Archive-Host.com

Après avoir fait jaillir la lumière, scintiller les étoiles, voler les oiseaux et jeté de l’eau sur les poissons, Dieu, dans son infinie sagesse, a créé l’homme. Et l’homme était beau et svelte. Et l’homme était peinard. Rien ne venait jamais perturber l’existence de ce gaillard qui vivait insouciant et heureux comme Ulysse.

Pas d’heure pour se réveiller. Personne à qui rendre des comptes. Il se promenait partout. Il nageait heureux dans l’eau claire et propre. Et jouait à cache-cache avec les crocodiles. Puis, lorsqu’il avait sommeil, il se couchait là où ça lui convenait et s’endormait heureux. Sans jamais rêver du paradis.

Une vie on ne peut plus merveilleuse. Pas de caries. Pas de cheveux blancs. Pas une ride de vieillesse. Même pas un signe avant-coureur du genre les articulations qui grincent, ni de rhumatisme. Rien. Le bonheur.

Puis, un jour, on n’a jamais compris tout à fait pourquoi ou comment Dieu est passé par là et, surprise!… Dieu a remarqué que l’homme avait un truc qui pendouillait entre les jambes. Cela l’a intrigué. Pourquoi avoir créé un truc si idiot?…

Les bras et les jambes, Dieu savait pourquoi il les avait crées. Cela avait une utilité. Pour la tête, les yeux et les oreilles, c’était pareil. Il fallait que l’homme s’émerveille à chaque moment des choses qui l’entouraient, que l’homme écoute la mélodie de la vie.

Mais ça?… Ce machin qui lui pendouillait bêtement entre les jambes?… Dieu a ressenti un peu de honte. Pour la première fois il n’était pas trop fier de sa création. Il s’est rendu compte qu’il avait créé une chose à laquelle il ne voyait pas d’utilité.

Et c’est alors, après de longs siècles de réflexion, qu’un matin, alors qu’il faisait un temps à ne pas mettre un homme dehors, où Dieu s’ennuyait comme un Dieu, qu’en regardant un vieux pommier il s’est écrié :

Ça y est, je viens de trouver!…

À propos de dubleudansmesnuages

Je laisserai vagabonder mon esprit nomade, sur le fil d'or de mes silences, pour vous parler des ces choses qui me maintiennent en équilibre. Je vous parlerai aussi des musiques que j'aime. Elles se promènent du Fado d'Amália, de Dulce Pontes, de Cristina Branco, de Mariza, jusqu'aux voix frissonantes de Diana Krall, de Stacey Kent, de Chiara Civello, de Karrin Allyson, de Stina Nordenstam, de Robin McKelle, de Sophie Milman, d'Emilie-Claire Barlow, et d'encore plein d'autres … Aznavour, Brel, Duteil, Art Mengo, Berliner, Cabrel, Balavoine, Julien Clerc, Fugain, Le Forestier, Goldman, Lama, Rapsat, Vassiliu, Daniel Seff, Peyrac et tous ceux que m’on fait aimer la chanson française. Je me perdrai certains soirs dans le paradis de la musique brésilienne : Eliane Elias, Astrud Gilbert, Gal Costa, Elis Regina, Bia, Bebel Gilberto, Maria Creuza, Nara Leão, Jobim, Vinicius, Buarque, Toquinho, Djavan … Il y aura des moments où je vous parlerai d'une des chansons de ceux que j'affectionne. Donovan, Leonard Cohen, The Doors, Tracy Chapman, The Scorpions, Dylan, Lennon ou McCartney (avec ou sans les Beatles), ou de voix d'or comme Sarah Brightman, Ana Torroja, ou Teresa Salgueiro. Puis, parfois, je me promènerai sans but précis entre Piazzolla et Lluis Llach, de Mayte Martin à Gigliolla Cinquetti ou Paolo Conte, de Chavella Vargas à Souad Massi en passant par Gabriel Yacoub. Parce que la musique n’a aucune frontière. La musique ne connait que des sensibilités. Des sonorités. Des larmes ou des sourires. Je vous déposerai ici l'une ou l'autre de mes photos. Les moins ratées. Je vous laisserai un peu de poésie. Des poètes portugais. Que j'aime. Infiniment. Et puis tous les autres dont les textes me touchent. Je ne vous parlerai que des gens que j’aime. Et puis un peu de moi. Si peu. Et puis, si j'ai le temps. Seulement si j'ai le temps, je vous parlerai d'autres choses. Plus intimes.
Ce contenu a été publié dans ... DANS MA TÊTE. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

12 réponses à Le jour où Dieu a trouvé

  1. Armando dit :

    C’est un bonheur de lire vos échanges. Vu le succès de ce billet (dont je craignais un peu les réactions), il faudra que je vous raconte un jour l’histoire du serpent et de la blonde jalouse.

  2. JC dit :

    Toujours en forme Armèle !!! 😉

  3. Armèle Labelle dit :

    Ah Merci JC! Alors ce n’était pas juste un pommier mais tout un verge r 😉

  4. JC dit :

    Armèle c’est drôle parce… queue…

  5. Armèle Labelle dit :

    Mais qu’est-ce qui est si drôle? Je ne comprends rien…expliquez-moi quelqu’un!

  6. Mathilde dit :

    J’ ai eu très peur…:-))

  7. chiendent dit :

    Bravo JC :). Toujours cette pomme qui est la source de tous nos problèmes dit-on ? Je dirai plutôt que c’est la chose pendouillante qui l’est ! :)

    Bravo JC ! :) et Bravo Armando, il fallait le faire !

  8. JC dit :

    C’était dans le jardin d’un Sofitel ?

  9. Denise dit :

    Je ris aussi et cela fait du bien :-) Belle fin de l’histoire… 😉

  10. Puff dit :

    Ouais je la connais cette histoire:
    Dieu fit asseoir l’homme sous l’arbre et Pif! Une pomme lui tomba sur la tête et c’est depuis ce temps que….
    Je n’ose pas en dire plus :)

  11. Chris dit :

    Dis donc on s’en sort bien hein … 😀

  12. LOU dit :

    Merci pour ce rire matinal…

Les commentaires sont fermés.