Archive for avril 18th, 2009

Ma semaine en chansons, 18 avril 2009

samedi, avril 18th, 2009

2009-04-18-mathurin-meheut.jpg

[Dessin de Mathurin Méheut]

 Je crois que la semaine dernière j’ai été un peu méchant avec ce vieux Raphael que j’ai tant écouté dans mon adolescence avant de découvrir la musique… Lui faire sentir l’odeur de la paella de ce bistrot familial de Saint-Laurent… j’ai honte. Surtout qu’un goujat de passage, aussi intelligent qu’une crêpe (pauvre crêpe) au sirop d’érable me l’a fait savoir grossièrement en m’insultant. Puis me traiter d’incompétant… « pétant »?… Faut vraiment avoir les auditives solides pour écouter autant d’âneries…

Je vais vous le dire encore une fois, puisqu’il paraît qu’il y en qui ne savent pas lire en plus de ne pas savoir écrire…

Donc, je vous répète calmement et en articulant: Je ne fais pas dans les critiques d’albums… Pour ça, vous avez Music with my mind. C’est du propre.  Du bien écrit.  Du détail.  De l’étudié.  Et puis accessible à tous, même aux radins, puisque c’est entièrement gratos.

Revenons à moi – c’est mon blog après tout -, je ne vous dis chaque semaine que ce que l’écoute de tel ou tel album m’a inspiré. Je ne suis qu’un nomade de la musique. Rien d’autre.

Bien évidemment que je n’ai aucune compétence (avec trois ‘e’, voyez-vous…) ni les connaissances pour le faire… mais, si les gens qui causent avaient des compétences (toujours trois ‘e’, cela n’a pas changé) pour parler de ce qu’ils connaissent, la plupart d’entre nous devraient se taire.

Ne me regardez pas comme ça, monsieur le directeur, avec vos fautes d’orthographe je vous trouve bien « pétant » (allez écrivez-moi cent fois « incompétent » et on n’en parle plus…)

Et puis, croyez-vous qu’il faut un doctorat en rimes pour devenir poète, ou encore manger du solfège aux hormones pour devenir musicien ou chanteur, et je ne parle même pas de certains qui font de la politique… Croyez-vous qu’ils sont toujours compétents (avec deux ‘e’… c’est rentré maintenant?) quand ils parlent de ce qu’ils disent?…  Allez, souriez, vous êtes filmé…

Et puis si, malgré tout, vous voulez lire mes bêtises, ça me fera plaisir… Vraiment…

 

2009-04-18-joshua-redman.jpg

Joshua Redman, 2009 – Compass

Si vous aimez le saxophone, vous ne pouvez qu’être enchanté(e) par la virtuosité de Joshua Redman, pour qui l’optimisme plein de sous-entendus s’envole, dans une multitude d’harmonies superbes, comme une colombe dans un ciel bleu.

Personnellement je le trouve majestueux dans Insomnomaniac, un morceau de plus de huit minutes à déguster avec appétit, tout comme Identity thief et March.

Du grand Joshua. Sa musique est émotive et imprégnée de différents parfums musicaux, comme si elle arriverait d’un long voyage. Alors, si vous avez un peu de temps devant vous… _-ar-music.jpg

 

2009-04-18-kellie-pickler.jpg

Kellie Pickler, 2008 – Kellie Pickler

Voilà le genre de musique qui donne la ‘frite’ lorsque je roule en voiture, si vous voyez ce que je veux dire.

Un album très personnel qui respire à pleins décibels,le soleil et les grands espaces, plein d’humour avec des chansons très positives au pays des « cœurs brisés ». Best days of your love et vous ne tenez plus en place, et puis en ouverture, Don’t you know you’re beautiful, comme une invitation à vous accepter vous-mêmes tels que vous êtes au lieu de vous comparer constamment aux autres.

Et puis si avec tout cela vous n’êtes pas convaincu, je suis certain que One last time, une superbe et lente ballade saura vous séduire. Moi, son soupir à la fin me fait craquer… mieux, fondre. _-ar-music.jpg

 

2009-04-18-oktawia_kawecka-oktawia-2008.jpg

Oktawia Kawecka, 2009 – Oktawia

Un conseil. Ne touchez pas à cet album. Vous allez en garder des séquelles.

Faut que vous sachiez qu’Oktawia est une chanteuse flûtiste de jazz née en Pologne. Elle ose faire ses propres arrangements, sans se soucier des courants figés du jazz ni des normes dites classiques. Elle ‘fait sa petit cueillette de sons’, qu’elle sert frais. Très frais.

Puis, polyglotte, cette étudiante en musique, chante du jazz en polonais, anglais, français, grec et, je suis sûr, que c’est uniquement pour m’épater, aussi en portugais.

Je vous le redis. Ne touchez pas à cet album. Il est, comme dirais-je … ensorcelant.  _-ar-music.jpg

2009-04-18-olivia-ruiz-cover.jpg

Olivia Ruiz, 2009 – Miss Météores

Pour Pâques, le chocolat m’étant interdit par mon médecin (qui m’en veut je ne sais pas pourquoi), j’ai dû prendre un peu d’Olivia Ruiz en cachette. Pas pour longtemps.

Faut que je vous dise qu’il en y a pour tous les goûts dans cet opus, qui ne semble pas suggérer de trait d’union entre les chansons, mais le faut-il?… Je n’en suis pas certain.  L’idée d’ouvrir un tiroir d’un même meuble et de trouver chaque fois des choses différentes me plait assez.

Sa voix est plus ouverte et plus harmonieuse que dans la Femme chocolat, et, pour ce premier disque entièrement né de sa plume, elle est plus que crédible et a vraiment de quoi être fière.

Moi qui ne comprends rien à la musique, je peux vous dire que vous risquez d’entendre sa voix partout dans les prochaines semaines, voire mois. Et ce n’est pas moi qui irai me plaindre. _-ar-music.jpg

 

2009-04-18-ginette-reno-fais-moi-la-tendresse-2009.jpg

Ginette Reno, 2009 – Fais-moi la tendresse

Voilà du nouveau dans la langue de Nelligan au pays où Jacques Cartier s’est arrêté.

En me promenant du côté d’Archambault, je tombe nez à nez avec le top vingt et que vois-je?, le dernier opus de Madame Ginette Reno en deuxième position. Et ce n’est pas rien.

Après, on aime le genre ou pas. Moi, personnellement, j’ai écouté avec plaisir cette grande dame de la chanson, dont le thème d’élection reste les chansons d’amour. Et puis j’ai dans la tête l’image d’une dame qui sait rester humble et qui n’a plus rien à prouver. _-ar-music.jpg

note_de_musique1.jpg

P.-S. – J’étais très surpris de ne pas voir ‘l’excellent’ album de monsieur Pelletier dans ce classement. Le bleu avait donc tort. Apparemment il a été classé au rayon oubliettes plus vite que je ne l’avais prévu. Comme dirait Aznavour : c’est la faute au public qui n’a rien compris…

Ça doit être ça… C’est sûrement ça.