Paris, je t’aime… sur un fond de Fly me to the moon

Je regarde la lune et je me dis que je suis prêt à parier que personne ne se souvient plus de Felicia Sanders.
The song from Moulin Rouge et In other words chantés au milieu de la fumée dans les cabarets sont tellement loin.  C’était avant que Kaye Ballard reprenne la chanson à son compte et l’enregistre pour Decca Records en 1954.
J’arrivais dans ce monde.
La chanson ne s’appelait pas encore
Fly me to the moon et Neil Armstrong n’était qu’un rêve…

… 1954 quand j’y pense, cela tient quasi de la préhistoire pour une jeune fille qui a 17 ans en 2010.

La jeune fille en couverture a le regard de ces gens capables de lire dans vos silences avant que vous la regardiez dans les yeux. Et le titre, Paris, je t’aime, me fait sourire. C’est exactement ce que je me dis chaque fois que je rentre à Bruxelles, après avoir flâné quelque part, dans l’île Saint-Louis, à Saint-Germain, autour de l’Opéra, sur les Champs-Elysées, aux Tuileries, au Sacré-Cœur… à Paris quoi. Puisque, à Paris c’est Paris partout.
À Lisbonne c’est pareil. Quand vous vous trouvez à Lisbonne, c’est Lisbonne partout.  C’est peut-être pour cela que je me sens bien à Paris. C’est pour cela que quand j’y retourne je lui dit « 
Paris, je t’aime« .
Comme Myriam.
C’est comme ça.

J’ouvre le livre au hasard. Mon Dieu que j’aime ouvrir un livre quelque part et m’attarder sur quelques lignes.
Personne ne peut imaginer le bonheur que cela me donne.
Ouvrir un livre. Lire un paragraphe. Puis, le refermer tout doucement et prendre le temps de regarder autour et savourer les mots que je viens de lire jusqu’à ce que leur sens m’émeuve « … À cette heure-ci les enfants sages sont plongés dans leurs rêves. Mais lorsque les rêves sont oubliés, et que l’école est finie, l’eau froide des fontaines éloigne les enfants effarouchés… » 
Pour moi cela tient du jouissif, je vous le jure… et la lune le sait.

Je m’aperçois soudain que j’ai rouvert le livre et que je viens de dévorer les à mes parents, à B.B…, à C.S…, Prévert, Beigbeder, Peter Doherty, la place de l’Opéra, Luchini, que je viens de passer une journée boulevard Saint-Germain et que j’attaque Minuit…

Il m’arrive d’entendre la lune se demander pourquoi je souris souvent. Ou je crois qu’elle se le demande.  Ce qui est la même chose.  

Je lui murmure que j’aime cette écriture agile et chantante. Ça sonne bien dans le silence. Dans ma tête il y a des images de Paris qui défilent aussi vite que les pages que j’avale avec gourmandise, et il m’amuse de penser que s’il y a une ou plusieurs chansons, comme des marque-page ou interludes,  à la fin de chaque histoire, ou presque, c’est parce que Myriam a fait exprès. Elle se doutait qu’à mon âge il me faut faire des pauses. Pour reprendre mon souffle. Faut dire qu’entre « Quelques saisons plus tard » et « La jeune fille au trench rouge », l’interlude David Hallyday et Laura Smet m’a bien plu.

La lune est toujours là qui m’observe et il me semble que le noir de la nuit n’est plus si intense... Où en étais-je?… Ah, voilà… Je reprends de plus belle, « Elle a les cheveux et les yeux bruns. Aujourd’hui elle porte une robe noire, un petit foulard aux couleurs… » et de nouveau les mots qui chantent dans mon silence jusqu’à ce que je m’entende dire tout bas : Michael Bolton? Fly me to the moon?…Sapristi… mais elle se moque de moi ma parole…  je souris, et je poursuis sans m’arrêter, enfin, presque sans m’arrêter… puisqu’ il me vient à l’esprit que j’ai connu tant de Félix que ne croyaient qu’à ces substances à rêves, qu’il m’a fallu La superbe de Biolay avant Gainsbourg et son Gainsboroug en me demandant « Pourquoi la lune ne porte-t-elle pas le glorieux nom d’étoile? »… « Une clope à la main, un sourire en coin.  Mais cette fois-ci en lévitation« , sur les étincelles d’étoiles de Melody Gardot, avant qu' »au beau milieu de la nuit, dans un appartement typique de la bourgeoisie parisienne, Pink Martini tourne en boucle… »

« Mes yeux contemplent la ville.  L’admirent.  Un immense sourire se dessine sur mon visage. – Paris, Je t’aime! » …et, sans m’apercevoir je me trouve à murmurer qu’ »À Paris, la vie ne s’arrête jamais. » Mars 2010.

Je cherche encore une ou deux pages à lire. En vain. Je me rends compte que je viens d’avaler les 125 pages de son bouquin… J’en voudrais juste une de plus.  Il n’y en a pas. 125 pages point. 125… serait-ce un chiffre porte-bonheur?…

Je referme le livre.  Je dévore le quatrième de couverture et puis je dévisage la jeune fille en couverture, avec le regard de ces gens capables de lire dans vos silences avant que vous baissiez  les yeux.

Je pose le livre sur la table. Je souris.  Un coup d’œil à la lune.  Une dernière fois.  Dans ma tête il traine encore et toujours ce vieil air de Fly me to the moon et il me vient une envie de reprendre tout. Depuis le début. Certain que je le lirai une fois encore, chez moi, assis face à la mer… et sans doute que j’irai murmurer une fois encore  « Paris, je t’aime« …

 

Marque-pages ou interludes…

Grace/Wastelands, Peter Doherty (*)
Seize the Day, Wax Tailor
On se fait peur, David Hallyday & Laura Smet
When I look in your Eyes, Diana Krall
My One and Only Thrill, Melody Gardot
Fly me to the moon, Michael Bolton (**)
U-Turn (Lili), AaRON
Stadium Arcadium, The Red Hot Chili Peppers
La Superbe, Benjamin Biolay
The Pursuit, James Cullum (*)
Toute l’oeuvre de Serge Gainsbourg
Les étoiles, Melody Gardot
Un roman français, Frédéric Beigbeder
Sympathique, PInk Martini
Autour de midi, Tania de Montaigne
D’ici et d’ailleurs, Soha (*)
Si je manquais de ta peau, Pascal Obispo (**)
It Had Better Be Tonight, Michael Bublé

(*) Il s’agit du titre de l’album, j’ai choisi une chanson au hasard
(**) Les enregistrements trouvés étaient de très mauvaise qualité

18 Responses to “Paris, je t’aime… sur un fond de Fly me to the moon”

  1. […] encore possible d’écrire quelques lignes sur Paris, je t’aime après ce billet? J’ai pensé que non, puis que oui, puis que non encore. Puis que oui. C’est possible, […]

  2. chiendent dit :

    Quelle beau billet pour faire valoir ce livre. Très envie de l’acheter!

  3. Lali dit :

    Mon petit doigt me dit que ce sera ma prochaine lecture… et après un tel billet, je dois dire que j’ai encore plus hâte!

    Merci Armando.
    Merci Myriam.
    Merci Kenza.

  4. Armando dit :

    Merci à tous du fond du cœur de votre gentillesse. De tout ce temps que vous prenez pour me lire et pour laisser trace de votre passage. Et puis vous dire que suite à la lecture de Paris, je t’aime, j’ai eu un immense plaisir à faire ce billet.

  5. Kenza dit :

    Merci, Merci, Merci!

  6. Je dirai tout simplement merci pour ce magnifique billet.

  7. Dominique dit :

    Je souhaite une grande réussite à Myriam et un bonheur par procuration à Kenza
    Armando tu t’es surpassé dans ce billet !

  8. Denise dit :

    Tes mots me touchent, Armando. Ils sont très beaux et accompagnés de « Paris je t’aime », c’est le début pour passer une douce journée.
    Le livre est plus que tentant 😉

    Bonne journée à toi, Armando avec ces belles chansons dans la tête!

  9. LOU dit :

    Fly me to the moon
    Let me play among the stars
    Let me see what spring is like on
    Jupiter and Mars

    In other words, hold my hand
    In other words, baby, kiss me

    Fill my heart with song
    And let me sing forever more
    You are all I long for
    All I worship and adore

    In other words, please be true
    In other words, I love you

    Fill my heart with song
    Let me sing forever more
    You are all I long for
    All I worship and adore

    In other words, please be true
    In other words
    In other words
    I love you

    C’est tellement beau.
    Merci Armando.
    Donc d’accord pour 1954, et en 1953 ?

  10. JC dit :

    Paris gagnés…

  11. Flairjoy dit :

    Une grande envie de lire ce livre c’est certain!
    Mais aussi un goût irrésistible de lectures et de ballades quelles qu’elles soient!
    Merci Arrrmannndo!

  12. chantal dit :

    Quel beau regard, le tien, sur « Paris, je t’aime » ! Je ne saurais passer à côté de ces nouvelles !

    Et je m’attarde encore sur tes mots. Ili font écho.
     » J’ouvre le livre au hasard. Mon Dieu que j’aime ouvrir un livre quelque part et m’attarder sur quelques lignes.
    Personne ne peut imaginer le bonheur que cela me donne.
    Ouvrir un livre. Lire un paragraphe. Puis, le refermer tout doucement et prendre le temps de regarder autour…
    et savourer les mots que je viens de lire jusqu’à ce que leur sens m’émeuve »

    Merci. Un petit bonheur pour la journée. Que la tienne soit agréable,Armando !

  13. Clementina dit :

    Fenomenal !! Après un weekend à Paris, je comprends encore mieux ce que tu écris, et c’est tellement vrai….
    Bonne idée de lier Paris avec « Fly me to the moon », et qui s’accord bien avec l’ambiance de cette vile, la chanson pour les amoureux…. Ce n’est pas par hazard que tellement de chanteurs l’ont reprise.

  14. Cortisone dit :

    Paris je t’aime… C’est si vrai. Tellement vrai, que je serai parisienne d’ici quelques mois.
    Bien à vous !

  15. yza dit :

    Les oiseaux chantent ce matin, … le café est servi..
    Une douce promenade commence alors, les mots se mêlent, s’effleurent, se caressent. Les sourires sont mélodieux et l’envie pointe d’une petite escapade au fond du jardin, dans la rosée du matin. Ouvrir ce livre, sourire en pensant à toi, sous la lune !
    Le café est froid, le temps ne compte pas quand on est bien, et, finalement je l’aime comme ça aussi. Belle et Douce journée à toi, Armando.

  16. teo dit :

    Très beau, j’aime beaucoup. Ça donne envie de lire le livre et se promener a Paris.

    Qui sait un jour « Lisbonne, Paris… je vous aime…. »

  17. Lautreje dit :

    Armando, je me suis promenée avec vous sur les quais de Paris, vous avez lu et relu encore des passages de ce livre, puis nous avons regardé la Seine couler dans la nuit.