• Blog Search

  • avril 2009
    L Ma Me J V S D
    « mar   mai »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    27282930  
  • Catégories

  • Méta

Sur le fil d'or de mes silences, je retrouve l'équilibre
La ville des reines
29 avril 2009, dubleudansmesnuages @ 00:05

mes-mercredis.jpg
mes-mercredis-ar.jpg

00-2009-04-00-castelo-de-obidos.jpg

[Photo: Dias dos Reis]

J’ai envie de vous dire qu’Óbidos n’est pas une ville, mais un enchantement. Un lieu magique où le cœur bat à la cadence des rues sinueuses, des maisons blanchies à la chaux, décorées de fleurs vives aux fenêtres et des rêves mystérieux des rois et des reines qui y ont vécu.

Ses origines se sont dissipées dans les brumes de la mémoire du temps. Pour certains, elle remonte à l’an 308 avant JC. Au temps des Turdulos, un peuple d’origine ibère, et des Celtes. Pour autant, la parole des historiens et des chercheurs n’est appuyée par aucun document probant.

Des vestiges datant de la période romaine laissent supposer qu’il pourrait s’agir de la ville décrite par Pline l’ancien, comme étant Eburobrittium, et qu’il situait entre Collipo (Leiria) et Olissipo (Lisbonne).

On sait que les Wisigoths, alliés de Rome, ont vécu dans ces lieux après la chute de l’Empire romain.  Il semblerait que c’est la conquête de la ville par les musulmans qui lui ont donné le tracé et l’aspect qu’elle garde encore aujourd’hui.

Afonso Henriques, lors d’une croisade visant l’expulsion de la présence islamique,  a conquis la ville aux Maures en 1148. Les années qui ont suivi ont été marquées par l’expansion chrétienne et par le développement agricole et celui de la pêche.

En 1210, le roi Afonso II , qui avait été excommunié par le Pape après avoir réduit les privilèges de l’Église, a offert la ville à son épouse la reine D. Urraca.

01-dona_urraca-1.jpg

Isabel d’Aragon, la reine devenue sainte, est tombé a son tour amoureuse d’Óbidos.  D. Dinis, le roi troubadour, lui offre les clefs de la ville comme cadeau de mariage, ainsi que la construction de la chapelle de Saint Vincent, ( église actuelle de Jean le baptiste), et la fondation de la confrérie de l’Esprit Saint. Isabel aura été la reine qui a passé plus de temps dans la ville.

02-sainte-elisabeth-de-portugal-armando.jpg

Depuis lors, Óbidos fait partie de la dot reçue par les reines du Portugal, ce que lui vaut l’image d’une ville romantique et le joli surnom de « la Ville des Reines ».

03-inesdecastrokv4.jpg

Inês de Castro ayant fui la furie du roi Afonso IV, aurait vécu cachée quelques années dans le château.
Plus tard, pour remercier la ville, Pedro a fait don à la ville d’une étendue de terre allant jusqu’à la lagune d’Óbidos et connue sous le nom de Varzea de la Reine.

04-mapa-de-obidos.jpg

Le roi D. Fernando I aurait fait construire un passage, qui menait du château directement à l’église de São Tiago, pour la reine D. Leonor Teles afin qu’elle puisse assister aux offices religieux.
Après la mort du roi, et malgré qu’elle ait été nommée régente du royaume, Leonor Telesa a été enfermée à Tordesillas, où elle mourut en 1405.

leonor-teles.jpg

Je suis certain que parfois on peut encore entendre certains soirs les larmes que D. Leonor est venue pleurer à la mort de son fils D. Afonso, héritier de la couronne.
C’est à elle qu’on doit la deuxième « Misericorde » du pays.  Une institution destinée à venir en aide aux pauvres, aux veuves et aux orphelins.

05-rainha-d-leonor-clipboard01.jpg

Puis, d’autres reines sont venues parfumer les lieux de mystères et de légendes. Luisa de Gusmão, après la restauration de 1640;

10-luisa-de-gusmao.jpg

D. Maria I, la pieuse, devenue folle après la mort de son fils qu’elle n’a pas voulu vacciner par scrupules religieux;

10-rainha_reinante_d__maria_i_5.jpg

Catherine d’Autriche, ou Catherine de Habsbourg ou encore Catherine d’Espagne, épouse de Jean III, archiduchesse d’Autriche, princesse d’Espagne et reine du Portugal.  Elle a assuré la régence du royaume du Portugal de 1557 a 1562.

10-infanta_caterina_of_spain.jpg

On lui doit la construction de l’aqueduc de la ville qui avait sa source dans le village d’Usseira.

20-1365799.jpg

20-aqueduto-13.jpg

 

En 1833 a été mis fin au ‘privilége des reines’

Bien entendu, ce ne sont que quelques-uns des noms qui ont créé la réputation de la ville, en y laissant leur marque indélébile.

Mais Óbidos, aujourd’hui classé Monument Historique, n’est pas uniquement la mémoire de son passé, c’est une ville sans voitures, où on peut se promener dans les rues intimes bercées par l’histoire et la douceur de la ville. Et puis ce n’est qu’à un peu moins de 100 kilomètres de Lisbonne.

La ville est entourée d’une superbe muraille et en guise de couronnement son château, comme on n’en trouve que dans les véritables contes de fées… Il serait vraiment dommage que…

Je vous invite à une petite promenade… Vous venez?…

C’est par ici…

25-cest-par-la-clipboard01.jpg

… pas de panique, je connais le chemin …

01-2009-04-00-obidos_0009.jpg

02-2009-04-00-obidos_0007.jpg

03-2009-04-00-obidos_0014.jpg

04-2009-04-00-obidos_0020.jpg

05-2009-04-00-obidos_0011.jpg

06-2009-04-00-obidos_0013.jpg

07-2009-04-00-obidos_0004.jpg

08-2009-04-00-obidos_0017.jpg

09-2009-04-00-obidos_0005.jpg

10-2009-04-00-obidos_0016.jpg

11-2009-04-00-obidos_0006.jpg

12-2009-04-00-obidos_0008.jpg

13-2009-04-00-obidos_0023.jpg

15-2009-04-00-obidos_0021.jpg

14-2009-04-00-obidos_0001.jpg

16-2009-04-00-obidos_0022.jpg

 

[Le bouquet de photos qui embellit ce billet a été cueilli dans la toile.]

 

Un petit film :
Óbidos, ville médievale

 


« Article précédent